• Référence : BRY.3
  • Titre : « Sur le Séminaire itinérant pour la lutte contre la peste organisé par l’Organisation Mondiale de la Santé en URSS du 1er au 25 sept. 1965)  »
  • Date : 15/10/1965
  • Photo. / auteur : Edouard Brygoo
  • Légende : Rapport OMS, 7 f. dac. photocop., Tananarive (Madagascar)
  • Résumé : En Avril 1965, le gouvernement de la République malgache, répondant à une demande de l’OMS, désigne E. Brygoo pour participer à un Séminaire destiné à étudier en URSS les moyens de lutte contre la peste. Les deux langues officielles du séminaire sont l’anglais et le russe. Les deux directeurs du Séminaire sont d’une part le Professeur N. Burgasov représentant de l’URSS, et d’autre part le Docteur B. Cvjetanovic, représentant de l’OMS en qualité de chef de la division des maladies bactériennes à Genève. Parmi les participants : un expert mondialement connu, le Professeur K.F. Meyer de nationalité nord-américaine ; M. Bahmanyar de nationalité iranienne, qui a travaillé aux Indes et à Java ; N. Pastukhov ; B.K. Fenyuck. Les pays représentés sont les suivants : Pérou, Vénézuela, Equateur, Brésil ; URSS ; Mongolie, Birmanie, Indonésie, Java, Indes, Pakistan, Iran, Irak ; Tanzanie, Kenya ; Madagascar. Le Séminaire itinérant en URSS se déplace à Moscou (Institut Gamaleya), Stavropol, dans la région de Petrovskoye, Pyatigorsk, Alma Ata, Leningrad. E. Brygoo présente la situation de l’endémie pesteuse à Madagascar, et la position de ce pays en matière de vaccination anti-pesteuse. Un certain nombre de points se dégagent de ces échanges : 1) L’Importance d’une prospection biologique détaillée des régions promises à un développement économique. 2) Les efforts soviétiques considérables dans le domaine de la lutte contre la peste depuis 1930. 3) L’importance à accorder à la lutte contre la peste dans un programme de santé publique. On doit prendre en considération qu’il est vain d’espérer éradiquer la peste dans une région donnée lorsque celle-ci y est solidement implantée. Malgré des efforts considérables et une situation particulièrement favorable (peste de rongeurs vivant en terriers, sans intervention du rat) les Russes n’ont pas réussi à supprimer la maladie. Selon E. Brygoo, rien ne justifie un tel déploiement d'efforts de lutte contre la peste, qui est une maladie infectieuse comme les autres. Certes, c'est une maladie grave, mais les moyens thérapeutiques modernes permettent de la guérir remarquablement. 4) La place de la vaccination dans la lutte contre la peste est redéfinie : le seul vaccin efficace semble être le vaccin vivant préparé avec la souche E.V. (souche isolée à Madagascar par Girard et Robic), mais il n’est pas efficace contre la peste pulmonaire. Les arguments retenus contre l’utilisation de la vaccination anti-pesteuse sont de trois ordres : économique, méthodologique, psychologique. En annexe :
  • Résumés en anglais des conférences du séminaire
  • Ouvrages reçus en hommage
  • Tirés à part reçus en échange Noms cités : Afanaseva, Bibikov, Bibikova, Fenyuk, Gamaleya, Goldfarb, Gontcharov, Kasarkine, Kosminskii, Ostrovsky, Peisaxis, Petrov, Raal, Tiflov, Vartanian
  • Mots-clé : peste ; OMS ; Asie centrale ; URSS ; Volga ; rongeurs ; destruction de terriers ; vaccination
  • Permalien : document téléchargeable au format .PDF
  • Crédit : © Archives de l’Institut Pasteur de Paris (fonds Edouard Brygoo)